La Mia de JYM78

Publié le par Franck

La Mia de JYM78

Je roule en MIA depuis fin octobre 2012 entre la banlieue et Paris et j’en suis très satisfait.

La première raison de mon choix était de diminuer mes dépenses de voiture (essence, entretien) et c’est pour cela que je me suis tourné vers l’électrique. Comme je suis un petit rouleur (5 à 600 km par mois), je cherchais un véhicule basique mais pratique. J’ai été tout de suite séduit par la Mia, un véhicule réellement astucieux à un prix plancher.

Avec ses trois places disposées en triangle, elle fait mieux que la Smart (deux places seulement) pour 10 cm de longueur en plus. Le coffre permet d’y mettre ses courses, voire plus. Les gros sacs tiennent aussi de chaque côté du conducteur. Ses deux portes coulissantes permettent un accès facile et autorisent à se garer là où d’autres ne pourraient le faire faute d’espace suffisant pour ouvrir. Côté motorisation, j’ai choisi la batterie 12 kW que j’ai achetée. L’autonomie réelle sur mes trajets est de 90 km. En matière d’électrique, cette dernière varie en effet beaucoup en fonction du profil de la voie (côtes ?) et de la vitesse (autoroute ?). J’ai les deux pour aller à Paris. Le moteur est nerveux car la voiture est légère (pour une électrique). Aux feux, si je ne mets pas le mode éco, je grille tout le monde au démarrage… C’est un petit plaisir que je m’autorise de temps en temps et qui me console de me faire systématiquement doubler sur autoroute (vitesse maxi : 100 km/heure, en pratique plutôt 85). Quand on roule lentement, les gens se retournent et sourient ; il y a un capital de sympathie considérable dans ce petit véhicule. Autre point fort, la recharge sur prise domestique standard en cinq heures. Indépendamment du prix de l’essence, le fait de ne plus avoir à faire de détour pour passer à la pompe vaut de l’or. Arrivé chez moi, je branche la prise. Je la débranche le lendemain matin. C’est un vrai luxe.

Que faudrait-il pour qu’elle soit parfaite ? Le détail le plus irritant est que le hayon arrière ne s’ouvre qu’avec la télécommande. Quelle erreur de conception ! Si l’on a pris la deuxième clé, celle qui n’a pas de télécommande, on ne peut l’ouvrir que de l’intérieur, en se contorsionnant pour introduire le bout de la clé dans une fente ad hoc, mais c’est un peu difficile. Mais c’est un inconvénient minime. Il y a plus important à améliorer. L’insonorisation est médiocre. Le véhicule fait caisse de résonnance et est plus bruyant dedans que dehors. Les deux sièges arrière sont fixes. Un dossier rabattant ou un siège amovible donneraient un gain de place considérable pour le chargement. Enfin, la ventilation (par l’air extérieur) est limite : arrêt ou marche à plein tube avec un bruit de sèche-cheveux. Faute de rhéostat, pas de position intermédiaire, encore moins de graduation. Conséquence : si l’on est deux et qu’il pleut, les vitres s’embuent très vite. En revanche, chauffage, désembuage et dégivrage sont satisfaisants.

Les garages se mettent peu à peu à l’électrique pour pouvoir intervenir sur ce genre de véhicule, mais ils sont encore trop rares à le faire. Heureusement, l’entretien d’une Mia est minimaliste. Les bornes publiques de recharge sont confidentielles. Tout cela va s’améliorer peu à peu. Je peux dire qu’après 16 mois d’utilisation et 8500 km parcourus, le bilan est très positif et correspond exactement à mes attentes.

La sympathique Mia C de JYM78
La sympathique Mia C de JYM78

La sympathique Mia C de JYM78

Commenter cet article